Musée de tissage de Chauffailles

historique



Comment est arrivé le tissage à Chauffailles ? 
On ne saurait dire depuis combien de siècles on tissait le chanvre à Chauffailles. On le cultivait à la campagne et après plusieurs opérations on obtenait le fil avec lequel était fabriquée "la toile". Il y avait un ou deux métiers à bras dans beaucoup de fermes.

Plus tard il y eut le tissage du coton importé d'Alsace. Ce n'est qu'à partir de 1842 que débuta le tissage de la soie à Chauffailles, à l'initiative du Curé LAMBERT qui, ayant pris conscience du problème de l'emploi sur la région, se mit en rapport avec les "Maisons de soierie de Lyon".

Dès lors, dans la ville, comme dans la campagne, "bis-tan-clac-pan", les métiers à bras battaient gaiement... Mais à partir de 1880, des usines lyonnaises de tissage mécanique de la soie vinrent s'installer à Chauffailles, et à partir de 1912, les métiers mécaniques remplacèrent à domicile, les anciens métiers à bras. De 1850 à 1940, le textile employait presque toute la population active.

La naissance du musée :
Il était pourtant intéressant de pouvoir conserver quelque chose du patrimoine
Alors fut réalisé par une équipe de bénévoles avec le concours de la Municipalité une recherche de matériel. Ces bénévoles "les 3 Henri" se mirent donc à la recherche en 1983 de matériel dans les fenils, les granges et les greniers. Il faudra tout restaurer et remettre en marche. La municipalité va les aider et les installer dans une pièce de la tour du chateau de Chauffailles. L'objectif étant que Chauffailles possède un vieux métier à bras même si il ne fonctionnait pas. Celui-ci fut bien vite dépassé.
La pièce du château étant trop petite, la municipalité nous propose un autre bâtiment. Ainsi en 1989, le musée s'installe dans l'ancienne pension Guenaud. Autrefois, cette pension, tenue par des religieuses, servait de foyer pour les jeunes filles qui venaient du bassin minier de Montceau les Mines, Blanzy, pour travailler dans l'usine située en face du pensionnat et qui portait le même nom.

Le bâtiment reste lié au souvenir de ces années durant lesquelles, de partout, des fils de soie flottaient dans l'air.

Ainsi ce Musée est un peu l'affaire de tous. Il est ouvert à tous, et à tout les âges. En particulier à ceux qui aiment aussi bien la mécanique que les machines manuelles.


Régulateur d'un métier à tisser à bras






Le musée de tissage de Chauffailles